formateur positive positif jusquau bout

Positif pour apprendre mieux et plus longtemps

Partager l'idée
  • 20
    Partages

Stop, arrêt sur image, vous avez vu le film Whiplash ? Sacré film, sans doute l’un de mes préférés.

Du point de vue formateur, il est aussi très intéressant.

Vous vous rappelez ? Ce moment où le mentor / prof du jeune joueur de batterie le pousse à l’extrême, le rend presque fou ?

Est-ce là le bon style de formation, d’apprentissage ?

Or, certains sportifs vous le diront : je ne compte que lorsque je commence à avoir mal.

L’esprit humain fonctionne-t-il comme les muscles ? Faut-il le pousser à l’extrême pour en obtenir la substantifique moelle ?

 

Du point de vue du prof dans le film, si on ne pousse pas les personnes à l’extrême, on n’obtient jamais rien d’elles.

Que se passerait-il si, au lieu de pousser les gens, avec des cris, de la violence, on les encourageait fortement, on leur transmettait des émotions positives, du plaisir ?

 

Et bien, quel travail, tu dois être fièr-e de toi ! Être Positif pour apprendre

Lorsque vous étiez enfant, vous souvenez de ce professeur qui vous encourageait, même dans les moments difficiles ?
Qu’aviez-vous ressenti ? Du plaisir, de la confiance en vous, ou tout du moins un regain d’énergie.

 

Grâce à ces encouragements positifs, vous avez pu avancer au moins d’un pas supplémentaire.

Sans ces encouragements, vous seriez peut-être rester devant cette marche qui paraissait difficile.

 

Que se passerait-il alors si, au lieu d’encourager, ce professeur n’amenait rien de positif, ne croyait pas en vous ?!

En vous criant dessus, ou bien, pire, en vous ignorant, qu’auriez-vous alors fait …

crier au lieu etre positif

 

L’énergie positive de nos enseignants, nos formateurs, nous apporte une vague d’encouragement, qui nous fait nous surpasser.

 

Apprendre par plaisir, c’est, avant tout, prendre du plaisir lorsqu’on apprend.

Et si la douleur est au rendez-vous, peu de personnes iront instinctivement vers la souffrance.

Et pourtant, l’apprentissage passera toujours par une phase de souffrance, plus ou moins forte, allant de l’inconfort à la réelle difficulté.

Si aucune source positive n’est transmise, comment alors réussir à croire que l’on peut continuer ?

 

On apprend pas qu’avec sa tête, on apprend aussi avec ses émotions

Avec notre vision venant de Descartes, nous avons encore trop souvent cette approche où le cerveau est une machine qui apprend toute seule.

Il suffirait alors d’avoir le bon code et tout le monde apprendrait facilement.

 

Vous savez, comme dans ce fantasme que l’on voit dans Matrix.
Trinity a besoin d’apprendre à piloter un hélicoptère, et hop, une disquette, et le tour est joué (après quelques secondes de chargement).

matrix apprendre par disquette
Photo by Markus Spiske on Unsplash

Si seulement ça pouvait réellement fonctionner comme ça.

 

EDIT

Actuellement, il existe des recherches qui tendent à prouver que ce que l’on a appris peut en partie se transmettre à d’autres congénères.

Ca fonctionne par exemple très bien avec le Blob, et certaine expériences ont été menées sur des souris pour prouver que l’ARN pourrait servir de support à la mémorisation.

 

Bon, on est encore loin de l’apprentissage via un upload logiciel, vous ne trouvez pas ?

 

En attendant, pour apprendre, nous devons prendre en compte nos émotions.

 

Baigner dans un climat positif

Lorsqu’on est baigné dans une aura positive, où chaque étape, chaque avancée est encouragée, nos émotions positives nous permettent d’ancrer plus facilement nos apprentissages.

Et même la douleur est diminuée !

 

Alors lorsque le rire côtoie le sourire, nous avons gagné, les émotions positives sont décuplées !

On appelle cela l’ancrage émotionnel : il a une très grande force et accentue la mémorisation.

 

Faite un test : vous souvenez-vous de ce que vous avez réellement appris, ce jour où vous étiez en cours de Géographie ? Au lieu de cela, que ressentiez-vous durant ces cours ?

Nous nous rappelons plus facilement nos émotions que le contenu de ce que nous avons appris.

 

Le must ? réussir à conjuguer plaisir et ancrage émotionnel : permettre à nos connaissances de rester grâce à nos émotions.

sourire rire essentiel pour apprendre
Photo by Jonathan Daniels on Unsplash

 

Trop d’émotions face à l’attention

Attention à ce surplus d’émotions. Ce cocktail positif pourrait alors avoir l’effet contraire : parasiter l’apprentissage.

 

Ressentir une émotion trop forte, qu’elle soit négative, ou bien positive, va capter l’énergie nécessaire pour être attentif.

Et l’attention requiert à elle-seule, surtout lors des premiers apprentissages, une grande dose d’énergie !

 

Former – un rôle d’équilibriste

La formation, l’enseignement, devient alors un jeu d’équilibriste où l’on doit réussir à créer un climat :

  • positif, avec des effets de surprise
  • neutre par moment, pour éviter de perturber l’apprentissage
  • joyeux, voir surprenant, pour interpeller, éveiller, mais pas trop, pour éviter la distraction

 

De l’attitude positive de l’enseignant

Malgré tout, l’enseignant se doit d’avoir une attitude accueillante, bienveillante.

Encore un mot galvaudé, vous me direz ! Ô combien vous avez raison !

Ici, nous parlons de la vraie bienveillance, au sens veillez au bien de chacun des apprenants : vouloir leur bien, vouloir que tout se passe bien.

 

Cela passe par :

  • un climat positif, propre à l’écoute, à l’apprentissage
  • une écoute active, qui ne juge pas.
  • un vrai plaisir d’enseigner de transmettre

 

Il est fini le temps où le formateur est vu comme celui qui transfère son savoir de son cerveau vers celui des apprenants.
Aujourd’hui, via le canal positif, il est le facilitateur de nos savoirs, de notre apprentissage.

formateur positive positif jusquau bout
Photo by Edu Lauton on Unsplash

___

Et vous, vous voyez comment une formation idéale ? Avec du positif, ou bien, à gros coup de stress et pression ?

2 commentaires sur “Positif pour apprendre mieux et plus longtemps

  1. J’ai adoré aussi Whiplash, et ce qui est fascinant dans ce film c’est la méthode du prof : il nous fait peur, on se demande jusqu’où il va aller…
    Merci pour cet article Evan, effectivement maintenant que tu le dis, ce dont je me souviens c’est l’ambia ce, les émotions ressenties lors de mes différentes formations. Autant apprendre à travers les émotions positives plutôt qu’a travers la violence 🙂

    1. bonjour Emily

      je te remercie pour ton commentaire !
      C’est un film fascinant en effet. Il a pourtant qu’un seul but : la réussite. Je médite souvent sur son approche de l’apprentissage. Et j’aimerai vraiment trouver une étude qui prouve que le positif est meilleure que sa façon.
      Je suis convaincu du contraire, mais je n’ai pas de preuves réelles, à 100%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.