les pauses sont nécessaires

Vite vite du repos ! Quand les pauses sont nécessaires !

Partager l'idée
  • 1
    Partage

“Une pause le matin, une pause l’après-midi”. Voilà, c’est tout, et ça suffit ! Sur 7 à 8 heures de formation par jour, c’est vrai que c’est … vraiment peu ! N’oublions que les pauses sont nécessaires, et salutaires !
Arrêtons d’avoir cette vision ancienne de la formation, de l’éducation, où la pause est contraire à la rentabilité.

Passer du focus plan de Formation …

Ah ce fichu plan de formation !
Il est bien souvent trop lourd, trop complet.

On veut en mettre toujours plus, pour attirer, pour rassurer.
On bourre les journées de formation comme on prépare nos valises, avant de partir en vacances.

via GIPHY

 

Ah et flûte, on a oublié le moment de pause pour les apprenants.
Où le mettre ? Où le caser ?

Une seule pause de 10 minutes le matin, et une autre l’après-midi, ça suffira, hein !

Tiens, savez-vous quel est le temps maximum de concentration du cerveau ?

…à l’importance de ce qui est vraiment appris, les pauses sont nécessaires !

Notre temps de concentration

Quel est le temps optimal de concentration ?

Bien difficile de trouver un temps qui fait consensus sur Internet :

 

En fait, c’est une fausse question.

La vraie question est : comment créer une formation qui crée et capte l’attention assez longtemps ?
(nous en reparlons en fin de cet article).

Pour apprendre avec plaisir, les stagiaires doivent se sentir à l’aise et donc ne pas se sentir forcés.

Forcer à rester concentré-e, bien ?

Reprenons nos formations bien chargées, complètes jusqu’à déborder, croyez-vous qu’une pause toutes les 1h30 à 2 heures est bien intéressant ?

En forçant les formés à rester présents alors qu’ils n’ont qu’une envie : c’est de sortir prendre l’air, que faisons-nous ?
Pensons -nous vraiment pouvoir les forcer à rester concentrés ?

Ils vont commencer à avoir la paupière lourde, très lourde. Ils vont penser à leur cigarette qu’ils ont terriblement envie de fumer, une envie de pipi, ….

Tous ces parasites vont nuire à tout ce que vous souhaitez leurs enseigner.

Accordez-leurs plus de deux à trois pauses dans la journée

Avez-vous déjà osé faire une pause toutes les heures ?

Qu’en ont pensé les stagiaires ?

Dans mes formations, quand je souhaite mettre un cadre, au démarrage, je propose le rythme suivant :

  • Après une heure, pause de 5 minutes
  • 1 heure après, pause de 10 minutes
  • Pause du midi (enfin, 12h30, surtout pas 13h00)

Pause déjeuner

  • Une heure après, pause de 5 minutes encore,
  • Puis, 10 minutes,
  • Enfin, 5 minutes

Et c’est la fin de journée.

 

Bon ça, c’est la théorie. Et ça cadre les premiers jours.
(Après, on s’adapte, et on trouve un rythme qui convient à l’ensemble du groupe qui est formé !)

Plus concentrés après la pause

plus reveille pret à apprendre energie
Photo by Becca Tapert on Unsplash

N’avez-vous pas remarqué comment reviennent vos stagiaires de leur pause ?

Ils sont détendus ! Plus à même de reprendre un cycle de formation.

Bien souvent on croit que la pause est maudite, malsaine et contre-productive.
Certes, quand on fait une pause, il faut un petit temps salutaire pour se remettre dans la formation.

Et pourtant, après ce laps de temps, les formés sont prêts à reprendre plus facilement les travaux qu’ils avaient commencés.

Faire une pause permet au cerveau de relâcher la tension.
Jouer sur son portable, aller fumer, se mettre debout, toutes ces pauses sont salutaires, et bénéfiques pour les formés.

Jusqu’à la sieste après la pause déjeuner ?

Et si vous osiez la sieste en formation ?

(C’est sûr, si vous êtes prestataire, vous devez respecter le rythme imposé par le centre de formation qui vous missionne.)

Dans les autres cas, essayez la sieste pour vous, pour les stagiaires, juste après le déjeuner, par exemple.

Une perte d’attention très forte, vive la digestion

La digestion amène toujours ce moment (surtout si les stagiaires ont mangé un repas bien chargé) où vous sentez tout le monde partir vers une transe vaporeuse.
Bien difficile de les réveiller, de les rendre actif, de les intéresser …

Les yeux veulent se fermer, c’est physique !

 

Pas de possibilité de faire de sieste : mal vu, pas possible, voyons ensemble d’autres pistes pour garder vos stagiaires éveillés.

Détecteurs de perte d’attention, les pauses nécessaires ?

Comme je vous le disais plus haut, le cadre que je propose pour les pauses est un framework : pas une méthode.
Ca rassure, quand on débute en formation, c’est sûr. Après, avec l’expérience, on apprend à détecter les indices d’une perte d’attention, et s’adapter en conséquence.

Quelques moyens pour détecter

  • Quand votre public commence à ne plus poser de questions
  • Lorsque vous voyez une grande proportion des stagiaires bailler à répétition
  • Des écrans de téléphone qui s’allument plus fréquemment que d’habitude
  • Des souffles qui sont plus forts, plus intense
  • De l’énervement qui arrive dans la voix des formés,
  • ….

Tous ces indicateurs peuvent déclencher une pause (même de deux minutes !).

Surtout n’empêchez pas la pause quand vous la sentez nécessaire.
Et puis, des fois, ça amène son petit effet de surprise : que du bénéfique à la proposer !

L’état de flow

A côté de ces moments d’endormissement, il pourra vous arriver de vous laisser entraîner, avec les apprenants, dans un projet, une activité, qui durera plus de 1 heure.
Pas de panique, c’est bon signe.

Lorsque tout le monde est entraîné dans cette activité, et que personne ne s’est endormi, ou a indiqué un souhait de pause, c’est bon signe :
vous avez atteint un état de flow : cet état de concentration parfaite (un peu de stress positif, une envie de continuer, d’aller jusqu’au bout du projet, du module).

Créer l’envie d’apprendre, favoriser l’attention

Ainsi, pour contrer l’effet je m’endors-car-je-digère, d’après déjeuner, nous avons plusieurs moyens, et l’un deux est de créer des projets, des modules actifs.

Apprentissage par plaisir ? apprendre par la pratique

Pour rester éveillé-e, soyons actif-ve

etre active active sur le projet formation
Photo by John Schnobrich on Unsplash

Voilà bien un adage à respecter pour nous les formateurs, les formatrices !
Surtout durant les moments de baisse d’attention.

Alors, si vous ne pouvez pas proposer des siestes durant vos formations, favorisez la pratique, l’activité des apprenants !

L’attention fluctue, respectez-là

Garder une attention continue est impossible. Tout le monde en a conscience (ou presque).
Par exemple, connaissez-vous le test de Mackworth ?

Notre attention décroit au bout de quelques dizaines de minutes, puis reprend naturellement.

A nous formateurs, formatrices, de s’adapter sur ce rythme.
(pas toujours simple, je vous l’accorde)

Zapping et films

Mais cette attention a été de plus en plus altérée par notre doudou préféré : le téléphone.

Déjà à l’heure de la télé, nous nous habituions à zapper continuellement.
Aujourd’hui, avec le téléphone, les informations en continue, notre cerveau n’arrive plus à garder une attention plus de quelques minutes.

Que dire des films aujourd’hui : séquences, cadrages qui changent toutes les 10 à 30 secondes (voir beaucoup moins).

C’est sûr, notre cerveau arrive de moins à moins à rester longtemps concentré !

Des pistes de réflexion

Nous en reparlerons dans de prochains articles : il existe des pistes pour susciter l’envie, créer, faire germer l’attention des stagiaires.

Pour un petit teasing :

  • Mettre en place un storytelling bien construit,
  • Créer du suspense,
  • S’inspirer du théâtre,
  • S’inspirer des facilitateurs,

 


Et vous, vous gérez comment les pauses durant vos formations ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.